Avatar de l’utilisateur
Messages : 7181

index

En ligneMessageBaratte » mar. 6 nov. 2018 07:36

@Eric , t'énerf' pas ! On t'a expliqué , il ya quelques jours que le club attendait et réfléchissait , comme ça avait été dit par Ingla avant le début de saison , et comme ça a été re-dit la semaine dernière !
Macron , ainsi que certains péhéliens devraient apprendre par coeur l'article 25-1 de la déclaration universelle des droits de l'homme :

Avatar de l’utilisateur
Messages : 1627

index

Hors ligneMessageEric » mer. 7 nov. 2018 06:28

Baratte a écrit :Source of the post @Eric , t'énerf' pas ! On t'a expliqué , il ya quelques jours que le club attendait et réfléchissait , comme ça avait été dit par Ingla avant le début de saison , et comme ça a été re-dit la semaine dernière !

Je ne m’enerve Pas.
C’est juste saoulant, et au final ....ça m’enerve :)

Avatar de l’utilisateur
Messages : 9917

index

Hors ligneMessagesolid.snake » jeu. 8 nov. 2018 10:54


https://twitter.com/LateFootClub/status/1060297902172585984

Messages : 1918

index

Hors ligneMessageZemelek » jeu. 8 nov. 2018 10:59

Ça faisait longtemps qu'on ne l'avait pas vu dans les médias, même sur Losc TV. Il avait un peu disparu. En même temps il a eu du taf cet été avec les nouvelles recrues...

Avatar de l’utilisateur
Messages : 9917

index

Hors ligneMessagesolid.snake » jeu. 8 nov. 2018 11:09


https://twitter.com/LateFootClub/status/1060310163171803137

Avatar de l’utilisateur
Messages : 9917

index

Hors ligneMessagesolid.snake » jeu. 8 nov. 2018 11:16

Les amis du LOSC
11 h ·


Marc Ingla
1-Le LOSC est serein concernant Leao qui était libre quand il a signé et ne craint pas les recours du Sporting
2-Le projet du club est de garder nos jeunes joueurs suffisamment pour obtenir des résultats sportifs permettant d'engendrer des recettes plus importantes en matière de droits TV ,de marketing et de billetterie et d'installer le club dans l'élite à fin de rentabiliser un stade et des installations qui plombent le budget
3-Le club appartient à Gérard Lopez et pas à un quelconque fond vautour mème si le budget comporte des prêts comme beaucoup de clubs

Avatar de l’utilisateur
Messages : 954

index

Hors ligneMessageCalin Vitakic » jeu. 8 nov. 2018 11:51

Zemelek a écrit :Ça faisait longtemps qu'on ne l'avait pas vu dans les médias, même sur Losc TV. Il avait un peu disparu. En même temps il a eu du taf cet été avec les nouvelles recrues...

Sympa Ingla, quand il y a un sujet à contreverse on le met au devant de la scène : Anelka, le fist à Monaco, l'envahissement, mes mauvais resultats,...

Avatar de l’utilisateur
Messages : 329

index

En ligneMessageTish » jeu. 8 nov. 2018 11:52

solid.snake a écrit :Source of the post Les amis du LOSC
11 h ·


Marc Ingla
1-Le LOSC est serein concernant Leao qui était libre quand il a signé et ne craint pas les recours du Sporting
2-Le projet du club est de garder nos jeunes joueurs suffisamment pour obtenir des résultats sportifs permettant d'engendrer des recettes plus importantes en matière de droits TV ,de marketing et de billetterie et d'installer le club dans l'élite à fin de rentabiliser un stade et des installations qui plombent le budget
3-Le club appartient à Gérard Lopez et pas à un quelconque fond vautour mème si le budget comporte des prêts comme beaucoup de clubs



Rien sur le sponsor maillot? c'est insoutenable.

Messages : 1427

index

Hors ligneMessagefrandsen » jeu. 8 nov. 2018 11:56

Tish a écrit :Source of the post
solid.snake a écrit :Source of the post Les amis du LOSC
11 h ·


Marc Ingla
1-Le LOSC est serein concernant Leao qui était libre quand il a signé et ne craint pas les recours du Sporting
2-Le projet du club est de garder nos jeunes joueurs suffisamment pour obtenir des résultats sportifs permettant d'engendrer des recettes plus importantes en matière de droits TV ,de marketing et de billetterie et d'installer le club dans l'élite à fin de rentabiliser un stade et des installations qui plombent le budget
3-Le club appartient à Gérard Lopez et pas à un quelconque fond vautour mème si le budget comporte des prêts comme beaucoup de clubs



Rien sur le sponsor maillot? c'est insoutenable.

Eric va pleurer.
A Lens c'était les corons.
La bière ça c'est leur boisson.
Ils aiment les petits garçons.
Leurs grand-père c'est aussi leurs darons.

Avatar de l’utilisateur
Messages : 4009

index

Hors ligneMessageJooo » jeu. 8 nov. 2018 12:09

solid.snake a écrit :Source of the post Les amis du LOSC
11 h ·


Marc Ingla
1-Le LOSC est serein concernant Leao qui était libre quand il a signé et ne craint pas les recours du Sporting
2-Le projet du club est de garder nos jeunes joueurs suffisamment pour obtenir des résultats sportifs permettant d'engendrer des recettes plus importantes en matière de droits TV ,de marketing et de billetterie et d'installer le club dans l'élite à fin de rentabiliser un stade et des installations qui plombent le budget
3-Le club appartient à Gérard Lopez et pas à un quelconque fond vautour mème si le budget comporte des prêts comme beaucoup de clubs


Pour Leao, il disait même qu'il avait résilié son contrat au 30.06.2018, et il est arrivé au Losc au 01.08.2018, car il avait eu echo qu'il était libre.

Avatar de l’utilisateur
Messages : 9917

index

Hors ligneMessagesolid.snake » jeu. 8 nov. 2018 15:54

Marc Ingla se veut rassurant sur la situation financière du LOSC, dont la masse salariale a été encadrée par la DNCG à l'intersaison

https://www.facebook.com/LoscDveGrs/videos/905695366486013/

Avatar de l’utilisateur
Messages : 9917

index

Hors ligneMessagesolid.snake » ven. 16 nov. 2018 20:33

Des titres ou de l’argent ? Gérard Lopez répond !


Lors d’une interview accordée à nos confrères de France Football, le président Lillois, Gérard Lopez est revenu sur son ambition en détail. Il a expliqué comment être compétitif en étant en bonne santé financière :

« Si je suis venu dans le monde du foot pour gagner des titres ou de l’argent ? Je suis venu au foot pour vivre des moments mémorables. Le LOSC possède des infrastructures extraordinaires, garde une âme, même s’il est très professionnel, très familial. Il y a tout ici. En France, on bénéficie d’une chance inouïe, celle d’avoir un mélange de talents, de cultures, avec des joueurs qui viennent d’un peu partout.

On pouvait vendre d’autres joueurs cet été et réaliser des bénéfices importants, mais on ne l’a pas fait. La réponse est simple. Après, c’est vrai que le LOSC a besoin d’argent pour exister, parce qu’il en perdait de façon structurelle. Mais on a prouvé que la vente des joueurs n’était pas quelque chose qu’on mettait en avant, contrairement aux résultats ou au sportif.

Tout le talent d’une équipe de gestion tourne autour de l’équilibre achat-vente. J’ai toujours dit que la vente des joueurs n’était pas quelque chose de mauvais. On est dans le Championnat qui vend le plus au monde en termes de valeurs. Donc, quelque part, critiquer la vente de joueurs, ce serait critiquer l’une des bases fondamentales de la Ligue 1. Cet été, on avait des offres pour Nico (Pépé), par exemple. On savait que sportivement parlant c’était intéressant de le garder lui et d’autres joueurs, et c’est ce qu’on a fait. Tant que l’institution n’est pas en danger, ce sera le sportif qui prendra le dessus. On l’a démontré cet été et on continuera à le faire dans le futur.»
a t-il déclaré.

Gérard Lopez veut donner une belle image du LOSC


Le président du LOSC, Gérard Lopez a indiqué accorder beaucoup d’importance à l’image que renvoie le LOSC. Il espère par la même occasion que son club devienne un club omnisport : « L’image que renvoie le LOSC au niveau régional est très importante. On souhaite d’ailleurs faire du LOSC un club omnisports et pas seulement professionnel. Le football pro est le moteur du club. Mais on travaille avec la mairie et la région pour voir comment le LOSC peut davantage être intégré dans d’autres domaines. On essaye d’aller vers d’autres sports, du basket à la boxe, par exemple. On est en pleine réflexion. On souhaite faire ça pour intégrer le plus de personnes, des jeunes surtout. Le LOSC est le grand club de la métropole. Et, comme tout grand club de football dans une agglomération, il a une importance majeure sur le plan social, au niveau de l’identité ou de l’image. C’est donc très important pour nous.» a t’il déclaré dans France Football.

https://www.planetelille.com

Avatar de l’utilisateur
Messages : 1627

index

Hors ligneMessageEric » sam. 17 nov. 2018 07:16

Toujours pas la moindre allusion à l’absence de sponsor maillot !
J’en peux plus. Ce président se fout vraiment de notre gueule !

Avatar de l’utilisateur
Messages : 7181

index

En ligneMessageBaratte » sam. 17 nov. 2018 07:34

Eric a écrit :Source of the post Toujours pas la moindre allusion à l’absence de sponsor maillot !
J’en peux plus. Ce président se fout vraiment de notre gueule !

Bah écoute , t'as qu'à envoyer ta photo avec un chèque de 2 - 3 millions !
Macron , ainsi que certains péhéliens devraient apprendre par coeur l'article 25-1 de la déclaration universelle des droits de l'homme :

Messages : 1427

index

Hors ligneMessagefrandsen » sam. 17 nov. 2018 09:33

Eric a écrit :Source of the post Toujours pas la moindre allusion à l’absence de sponsor maillot !
J’en peux plus. Ce président se fout vraiment de notre gueule !

Demande à être le sponsor maillot
A Lens c'était les corons.
La bière ça c'est leur boisson.
Ils aiment les petits garçons.
Leurs grand-père c'est aussi leurs darons.

Avatar de l’utilisateur
Messages : 9917

index

Hors ligneMessagesolid.snake » sam. 17 nov. 2018 11:38

Le LOSC bientôt devant la DNCG : faut-il être optimiste ?

Image

Auteur d'une excellente première moitié de saison sur le terrain, le LOSC a rendez-vous d'ici la fin du mois avec la Direction Nationale du Contrôle de Gestion (DNCG) pour faire le point sur ses finances. Le club peut-il espérer une levée des mesures d'encadrement imposées cet été ?

Par Yann Fossurier Publié le 16/11/2018 à 17:54 Mis à jour le 17/11/2018 à 11:10

"Gerard Lopez est en train de réussir son pari". Mercredi, en marge du tirage au sort, à Lille, des 8e de finale de la Coupe de la Ligue, Damien Castelain, le président de la MEL (Métropole Européenne de Lille), affichait un optimisme souriant quant à l'avenir du LOSC. Pour lui, cela ne fait aucun doute : le redressement spectaculaire opéré sur le plan sportif (le club est 2e de Ligue 1 après 13 journées) aura forcément un impact positif sur les finances. Mais qu'en est-il exactement, alors que les dirigeants lillois ont bientôt rendez-vous à Paris, avec la Direction Nationale du Contrôle de Gestion (DNCG) pour faire le point sur les comptes ?

Image
Les joueurs lillois ont redressé la barre sportivement en ce début de saison. / © MaxPPP

L'an dernier, à la même époque, c'était la douche froide. Le LOSC avait été interdit de recrutement au mercato d'hiver et menacé d'une rétrogradation administrative à cause de sa situation comptable. Fin mai, le retour à la normale était amorcé, moyennant toutefois un encadrement du recrutement et de la masse salariale par le "gendarme financier". Cet été, les nouvelles recrues ont ainsi été validées au compte-gouttes jusqu'au dernier jour du mercato d'été. Un joueur comme Loïc Rémy a dû attendre plus d'un mois pour l'homologation de son contrat. Un processus contraignant dont le LOSC aimerait sans doute pouvoir se libérer au prochain mercato de janvier.

"On était encadré, on a eu des problèmes avec la DNCG mais ils ont bien compris le projet, on a amené un business plan", a expliqué Marc Ingla, le directeur général lillois, le 7 novembre, sur le plateau du Late Football Club sur Canal +. "On a démontré qu'on était capable de l'accomplir, de remplir les paramètres principaux, les engagements. On ne sait pas (si les mesures d'encadrement vont être levées), on va voir lors de notre passage fin novembre, mais on avance, on récupère un peu le retard qu'on a pris sur le projet qui a causé un coût financier. Je pense qu'on démontre que notre business plan est solide, on a un business plan à moyen et long terme très solide."


https://twitter.com/LateFootClub/status/1060307355710173184

"Cet été, au mercato, même si on a fini 17e la saison dernière, on a fait des ventes très importantes (près de 60 millions d'euros NDR), on a investi...", a ajouté l'ancien dirigeant du Barça.

Aujourd'hui, deux éléments semblent en effet plaider en faveur du LOSC : les perspectives d'augmentation des recettes et le refinancement de sa dette opéré l'été dernier.

Vers une hausse des recettes

En finissant 17e de Ligue 1 la saison dernière, Lille n'a empoché que 26,5 millions de droits TV, soit 6,5 millions d'euros de moins que lors de la saison 2016-2017 conclue sur une 11e place. Cette saison, si le club nordiste maintient sa place sur le podium, le gain pourrait être spectaculaire. D'autant plus si le LOSC décroche la deuxième place qualificative pour la phase de groupe de la Ligue des Champions, synonyme d'un pactole d'au minimum 15 millions d'euros l'an prochain. A condition toutefois que le club remplisse bien tous les critères du Fair Play Financier européen...

Avec un nombre d'abonnés et une fréquentation en baisse par rapport à la saison dernière (30 583 spectateurs en moyenne au Stade Pierre-Mauroy contre 33 200 la saison dernière), les recettes billetterie, elles, risquent, au mieux, de stagner. C'est surtout sur les ventes de joueurs que le LOSC peut espérer empocher de grosses sommes d'ici l'été prochain. Selon les évaluations des chercheurs de l'Observatoire du Football CIES en Suisse, la valeur totale de l'effectif professionnel du LOSC a progressé de 68% depuis le mois d'août, passant de 119,3 à 200,4 millions.


Valeur estimée des joueurs du LOSC

Image

Certes, ces chiffres doivent être pris avec prudence, car certaines cotes ci-dessus semblent un peu sur-estimées, d'autres au contraire sous-estimées. Mais elles montrent clairement une tendance très favorable. Nicolas Pépé (8 buts, 5 passes décisives) intéresse désormais les plus grands clubs européens, ce qui laisse déjà envisager une vente record pour le LOSC l'été prochain (le CIES l'estime à 43,5 millions d'euros), le président lillois Gerard Lopez ayant répété plusieurs fois qu'il ne se séparerait pas de son attaquant ivoirien au mercato de janvier, "même à 100 millions d'euros"... D'autres joueurs, comme Jonathan Bamba, Jonathan Ikoné, Thiago Mendes ou Mike Maignan voient eux aussi leurs cotes progresser.

Le LOSC devra-t-il quand même concéder quelques ventes cet hiver ? "Si nous ne vendons pas, nous ne recruterons pas", a déjà prévenu Luis Campos, conseiller spécial de Gerard Lopez, lors d'une interview sur RMC début novembre. "C'est important d'avoir un équilibre. Si j'ai trop d'argent, ma vie est facile. Mais le LOSC n'est pas un club très riche." Depuis plus de 10 ans, en effet, le LOSC doit vendre des joueurs pour équilibrer ses comptes, ses recettes commerciales (droits TV, billetterie, merchandising) étant nettement inférieures à ses dépenses. Selon les variations du chiffre d'affaires, les Dogues doivent trouver chaque saison entre 30 et 50 millions d'euros, sur le marché des transferts pour boucher les trous.

Image
Courtisé par de nombreux clubs européens, Nicolas Pépé devrait rapporter gros au LOSC. / © MaxPPP

Sur les 60 millions d'euros de ventes de joueurs réalisées l'été dernier, 35 millions concernaient l'exercice comptable 2017-2018, clos le 31 juillet. 25 millions ont été générés depuis le 1er août pour la saison en cours. Schématiquement, si le LOSC parvient à ramener son déficit commercial à 30 millions, 5 millions seulement seront nécessaires pour être à l'équilibre d'ici le 31 juillet 2019. Si le déficit est de 50 millions, alors le club devra vendre pour 25 millions minimum. Un challenge qui n'aura rien d'impossible pour le LOSC. Trois joueurs actuellement en prêt dans d'autres clubs (Anwar El Ghazi, Junior Alonso et Yassine Benzia) pourraient notamment rapporter environ 18,5 millions d'euros si les options d'achat sont levées en juin prochain.

Image
Le défenseur paraguayen Junior Alonso rapportera 5 millions d'euros au LOSC si le Celta Vigo lève son option d'achat. / © MaxPPP

Des besoins de trésorerie pourraient également pousser à vendre dès cet hiver. Lors de son précédent passage devant la DNCG, fin mai, le LOSC avait rassuré sur ce point en présentant près de 90 millions d'avance en compte courant bloqué, grâce à un nouvel emprunt obligataire émis par sa holding luxembourgeoise, Lux Royalty. Mais une question demeure toutefois : cette avance intégrait-elle le manque à gagner lié à l'absence durable de sponsor maillot principal depuis la fin du contrat Partouche en juin dernier ? Pour le moment, malgré les excellents résultats sportifs, le blason du club reste bien seul sur le torse des joueurs. "On s’est laissé la liberté de voir avec qui nous allons travailler pour le sponsor maillot", assumait Gerard Lopez, fin septembre, dans une interview au Figaro.

Image
Toujours pas de sponsor principal sur le maillot du LOSC. / © MaxPPP

"Nous avançons sur plusieurs dossiers, mais nous voulons prendre le temps de trouver le meilleur sponsor pour notre maillot", expliquait de nouveau le directeur commercial du club, Yann Chevallier, dans un article publié par le site Sportbuzzbusiness le 30 octobre. "Nous avons des discussions depuis le printemps dernier avec plusieurs partenaires majeurs. Par ailleurs, récemment nous avons été sollicités pour un achat au match mais ce n’est pas une piste prioritaire pour l’instant. Nous voulons quelque chose de pérenne, un engagement dans la durée en adéquation avec notre projet. Nous sommes confiants car nous avons un important pôle économique dans la région avec beaucoup d’entreprises possédant un ancrage régional fort doublé d’une dimension nationale et même internationale." En clair, le LOSC ne veut pas brader son maillot. Mais jusqu'à quand pourra-t-il se passer de cette manne financière ? Questionné sur ce sujet, le club n'a pas donné suite à nos sollicitations.

Le refinancement de la dette

Le LOSC n'ayant pas publié ses comptes depuis la saison 2015-2016, antérieure au rachat du club par Gerard Lopez, difficile d'y voir clair sur le niveau d'endettement réel du club. Dans son rapport 2016-2017, la DNCG avait communiqué des chiffres plutôt inquiétants : déficit d'exploitation de 60 millions d'euros, perte nette de 40 millions, capitaux propres négatifs de 43 millions avec une dette financière de 111 millions. Mais il s'agissait de chiffres provisoires estimés au 30 juin 2017, les comptes étant arrêtés au 31 juillet. Depuis, le club a pu revoir sa copie.

Le 8 janvier dernier, le LOSC, par la plume de son directeur général Marc Ingla, avait sollicité (et obtenu), auprès du tribunal de commerce de Lille, une prorogation de six mois du délai de réunion de l'assemblée générale des actionnaires chargée d'approuver ces fameux comptes 2016-2017, "dont la présentation est amenée à être modifiée, notamment sur les éléments devant impacter la présentation des capitaux propres". Ils ont fini par être approuvés le 14 juin. Selon le journal L'Equipe, un abandon de créances, validé par le fonds d'investissement Elliott auprès duquel la holding Lux Royalty s'est endettée, a permis de remettre les capitaux propres à flot - conformément aux demandes de la DNCG - et de transformer la perte anticipée de 40 millions en léger bénéfice au 31 juillet 2017.

Image
Gerard Lopez (à droite) au Domain de Luchin en juin dernier. / © MaxPPP

Autre élément important survenu cet été : la banque américaine JP Morgan aurait racheté pour 50 à 60 millions d'obligations détenues par Elliott. Alors que depuis fin mai, Gerard Lopez était sous la menace d'une dilution de ses parts dans la holding Lux Royalty s'il ne remboursait pas le fonds d'investissement américain dans les cinq ans, la donne a changé le 20 août dernier. Les dispositions qui permettaient cette dilution ont été retirées des nouveaux statuts de la "maison-mère" luxembourgeoise du LOSC (Elliott conserve toutefois un important pouvoir de contrôle, notamment sur tout ce qui touche le financement du club).

JP Morgan, qui a racheté une partie de la dette du LOSC, n'est pas vraiment un nouveau venu dans le dossier lillois. Sur le site du cabinet d'avocats international Ropes & Gray, l'un des associés, Michael Kazakevich, explique avoir "agi pour JP Morgan dans l'arrangement et l'émission d'obligations PIK holdco pour financer l'acquisition du club de football de Lille par Victory Soccer Limited". Là, un petit décryptage s'impose. Des obligations PIK (Payment in kind) constituent un emprunt caractérisé par le fait que le paiement des intérêts ne se fait pas systématiquement en cash, mais aussi par d'autres titres de dette, des titres de la société emprunteuse ou par l'émission d'options d'achat d'actions. Victory Soccer Limited est la société londonienne qui possède 99,8% de Lux Royalty, maison-mère du LOSC. Elle est elle-même détenue à 80% par Gerard Lopez (via la société Chimera Consulting domiciliée à Hong-Kong) et à 20% par Marc Ingla (via la société barcelonaise Kramink SL).

Image

En clair, JP Morgan a contribué au rachat du LOSC par Gerard Lopez en janvier 2017. La banque américaine avait-elle déjà avancé elle-même des fonds dans cette opération ? Contacté par courriel, Michael Kazakevich nous a seulement confirmé être intervenu dans le cadre du financement du rachat du club (et non sur le rachat de dette de l'été dernier). Mais il s'est refusé à tout autre commentaire. "JP Morgan ne souhaite pas faire de commentaires à ce sujet", nous a également fait savoir ce vendredi un porte-parole de la branche française de la banque américaine. Le LOSC n'a pas donné suite non plus à nos sollicitations concernant JP Morgan et le refinancement de la dette opéré cet été.

Les comptes 2017 de Victory Soccer, publiés fin septembre dans une version abrégée, ne permettent pas d'y voir plus clair. On y apprend juste que la société de Gerard Lopez et Marc Ingla a essuyé une perte nette d'environ 2,1 millions d'euros sur cet exercice et que sa dette s'élevait au 31 décembre 2017 à 7,37 millions d'euros, avec seulement 181 473 euros de dette à l'actionnaire. Les noms des autres créanciers ne figurent pas dans le document.

Quoiqu'il en soit, la dette du LOSC et de ses sociétés mères pourrait bien s'alléger prochainement si le club parvient à dégager un gros bénéfice en vendant au prix fort Nicolas Pépé et d'autres talents lillois d'ici le 31 juillet 2019. Un argument important en vue du rendez-vous à la DNCG dont la date exacte n'a pas encore été communiquée.

https://france3-regions.francetvinfo.fr ... 75860.html

Avatar de l’utilisateur
Messages : 4009

index

Hors ligneMessageJooo » sam. 17 nov. 2018 11:41

16 patates pour Maia, c'est où qu'on signe ?!

Avatar de l’utilisateur
Messages : 539

index

Hors ligneMessageNick Cave » sam. 17 nov. 2018 11:44

Mendes à 8M je trouve ça vraiment peu !

Messages : 1076

index

Hors ligneMessagegblosc » sam. 17 nov. 2018 12:00

Egard Ié qui a gagné 2 M€ en valeur en 2 mois ... sans jouer, chapeau.

Avatar de l’utilisateur
Messages : 9917

index

Hors ligneMessagesolid.snake » sam. 17 nov. 2018 12:07

Gérard Lopez annonce 3-4 renforts internes chez les Dogues !
Image
Pas mécontent du comportement de certains jeunes, Gérard Lopez espère les voir rapidement pointer le bout de leur nez dans l’équipe première du LOSC.

Si de l’extérieur, l’effectif du LOSC est perçu comme un peu léger pour évoluer sur tous les tableaux, ce n’est pas la lecture qu’en fait Gérard Lopez. Il y a quelques jours, dans les colonnes de France Football, l’homme d’affaires hispano-luxembourgeois a fait part de sa volonté de laisser une fenêtre ouverte au centre de formation.

« En National 2, on a aujourd’hui trois ou quatre joueurs qui vont vite intégrer le groupe pro. C’est important pour nous »
, confesse le dirigeant. Repéré par Marcelo Bielsa qui l’avait fait monter directement en équipe première et brillant depuis le début de saison en réserve, Imad Faraj (19 ans) fait sans doute partie de ces futurs cracks dont Gérard Lopez pense le plus grand bien.

Arrivé cet été de Serbie et du Brésil, Arton Zekaj (milieu, 18 ans) et Fernando Costanza (latéral droit, 19 ans) sont également concernés.

Gérard Lopez : « Je n’ai pas acheté le club dans l’optique de le revendre »

Gérard Lopez est sous le feu des projecteurs en cette saison, en raison des belles performances que réalise son écurie. Le président de Lille LOSC essaye de rehausser le niveau de sa formation dans le championnat français. À la différence de certains acquéreurs qui bénéficient du soutien de fonds d’investissements pour racheter des clubs, le président des Dogues a quant à lui acheter le club lillois sur fonds propre, sans apports extérieurs.

Répondant aux questions de l’hebdomadaire France Football, Gérard Lopez a révélé qu’il s’est offert le LOSC parce qu’il est passionné du football, tout en mentionnant qu’il ne subissait aucune pression pour le remboursement d’un prêt quelconque.

« J’ai 46 ans, et sauf problème que je ne contrôle pas, le foot, c’est une énorme passion, donc je ne me suis pas fixé d’objectif en termes d’année. C’est moi qui ai acheté le club. Ce n’est pas un fonds d’investissement. Ça, c’est fondamental. Je n’ai pas acheté le club dans l’optique de le revendre. Je n’ai pas un calendrier », si j’y suis encore dans vingt ans, franchement ce sera le kif absolu. » a déclaré le patron du club de Nicolas Pépé.

« Je ne suis forcé par personne de faire une opération financière d’ici à cinq, six ou sept ans. Étant donné que le foot est ma passion et que tout le reste marche bien, si j’y suis encore dans vingt ans, franchement ce sera le kif absolu », a déclaré le président de la formation entraînée par Christophe Galtier.


Retourner vers « Avenue du Petit-Paradis »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : daykatana, Franbin, sirdeck, Tish et 15 invités